Les mouvements anti-éoliennes. Reportage sur des anti-écologistes

Attention, cet article est ancien et peux contenir des erreurs de calcul (ou de physique) que je n'ai pas le temps de corriger.

J'aimerai trouver une éolienne pas trop cher qui me permettrais de produire entre 5 et 10kWh. J'ai trouvé quelques sites, mais pas souvent de prix, j'appellerai cet après-midi pour en savoir plus.

Le sujet de cet article n'est pas vraiment l'installation d'éoliennes. Mais en cherchant des sites pour acheter des génératrices j'ai trouvé des sites contre les éoliennes !
Ce qui pose le plus de problème, c'est que ces sites sont, soit-disant, POUR les énergies renouvelables. Comment peut-on feindre d'être pour les énergies renouvelables tout en étant contre la technologie renouvelable la plus fiable.

Prenons par exemple le site www.ventdecolere.org appartenant à la Fédération Nationale Vent de Colère ! (je ne met exprès pas de lien pour ne pas leur donner du rank). Déjà, le site lui-même n'est pas très poli. Il m'a pris pour une demi-personne !

ventdecolere prend ses visiteurs pour des demi-personnes

Jusque là, je vais être de bonne fois, je vais leur pardonner. Restons objectif.

Nous allons regarder les arguments un à un. Les passages en italiques sont intégralement issus du site www.ventdecolere.org.

Le vortex : Absence d’étude de l’impact du sillage des éoliennes sur leur lieu d’implantation, incidences possibles sur l'agriculture ou les feux de forêts (Informations recueillies par Vent de Colère). => Oui vous avez raison, absence d'étude (argument rhétorique). L'impact des éoliennes a été testés sur le long terme puisque cette technologie est utilisée dans les moulins à vent depuis des siècles. Pour ce qui est des feux de forêts, les éoliennes ne sont jamais placées à proximité des forêts tout simplement parce qu'elles feraient bouclier au vent. Elles sont souvent placées en haut de collines ou dans des champs.

Le bruit des éoliennes : Dans cette partie, le site internet nous propose un PDF sur l'impact sonore des éoliennes. Ce document a été réalisé en présence d'un Expert à la Cour d’Appel de Versailles & Ingénieur Conseil en Acoustique.

Comment expliquer qu’à proximité de certains sites, les poules ne pondent plus, les moutons se jettent dans les barrières ? Je donne un sandwish jambon bacon à celui qui me trouve un mouton qui se jette contre une barrière ! Mais gardons notre sérieux. Il faut noter qu'à la campagne "un certain bruit de fond est toujours présent" autour des 30dB, le cri d'un coq se situe entre 50 et 60dB (source : lefigaro.fr).
Ce qui est assez étonnant, c'est que la documentation du site ne mentionne jamais de chiffre. Je me suis donc renseigné.
Une éolienne génèrerait 45dB à 250m (source: thewindpower.net)

Un autre facteur dont le site n'a pas parlé est l'éloignement des éoliennes avec les habitations. Reprenons notre chiffre de 45dB à 250m de l'éolienne. On sais que l'on perd 6 dB à chaque fois que l'on double la distance (source: sonorisation-spectacle.org), ce qui veut dire qu'à 500m d'une éolienne (c'est souvent la distance minimum qui sépare les habitation de ce type de construction) on n'"entend" plus que 39dB c'est-a-dire le "bruit d'une forêt" (source: wikipedia.org).
Le dernier facteur auquel le site (décidément incomplet) n'a pas fait référence, est le bruit du vent lui même. Le bruit des feuilles d'arbres qui bougent dans le vent est largement supérieur au bruit engendré par une éolienne.

Les infrasons, nuisances rédhibitoires : Ici nous avons affaire à un autre document, une étude de Claude Renard. Ce document m'a finalement paru très intéressant. Il explique que les infrasons ont une atténuation plus faible que les sons plus aigus (chose que j'avais déjà lu sur d'autres sites). Cependant il n'exprime que des généralités, et ne donne toujours pas de chiffres pour le éoliennes. Dans son étude ils parle aussi de malaises engendrés par une exposition de l’homme aux infrasons. Si ces malaises s'avèrent vrai, coupez alors votre climatisation (ce qui sera d'ailleurs un acte écologique) car elle risque de vous donner des troubles du même type que le mal de mer. Par la même occasion faite éradiquer les 3 derniers éléphants et girafes qui restent dans la savane car ils vous empêcheront de dormir, de réfléchir, de [vous] concentrer sur une tâche.

Les Centrales Éoliennes et la Sécurité Publique : Un autre PDF. Voici un document de 30 pages nous prouvant pourquoi il faut imposer une distance minimum de sécurité. Ce document n'est finalement pas contre les éoliennes, mais contre un "laxisme" (invérifié) de l'état. Pour exemple l'auteur de ce rapport nous montre une éolienne qui aurait été placé trop près d'une voie ferrée et que si elle s'effondrait elle provoquerait un accident. Deux choses, l'une il faut que le vent aille dans le sens de la voie pour que l'éolienne s'effondre sur celle-ci. L'autre chose étant qu'il y a moins de risque de voir une aéro-génératrice s'effondrer qu'un arbre. Sans compter que ces constructions sont vérifiées régulièrement et qu'en cas de fort intempéries, les trains ne circulent souvent pas. Ils parlent aussi du risque de détachement de glaçons des pales en cas de gèle. Dans ce cas, il suffit de mettre des panneaux comme dans les stations de ski nous invitons à ne pas s'approcher !

Impacts Sanitaires du Bruit des Centrales Éoliennes Industrielles, Laxisme de la Réglementation : Ça ressemble tout simplement à un mélange des deux paragraphes précédents.

Aimez-vous les oiseaux ? Sachez que les oiseaux ne sont pas idiots et ne foncent pas tout droit dans les bâtiments ! Ils évitent donc facilement les éoliennes qui sont d'ailleurs construites hors des grands couloirs de migrations. La question que j'aurai envie de poser aux gérants de ce site est Aimez-vous les poissons ? Car si nous prenons exemple sur la centrale nucléaire de Gravelines, son refroidissement est assuré par la mer : sur un périmètre de 1km² la température de l'eau de mer augmente et rien ne nous prouve que cela n'a pas d'impact sur de développement des poissons.

Vous avez donc vu que les arguments avancés par ces sites ne sont pas forcément bien étudiés. Et même s'il s'avérait vrais (ce qui parait peu probable après ma démonstration), que proposent-ils en remplacement ?

Je suggère aussi

12 commentaires

#1 vendredi 30 octobre 2009 @ 10:30 François Carré a dit :

Bonjour,
La puissance d'une machine est exprimée en kilowatts, c'est la production d'une machine dans l'instant d'une seconde, c'est donc un temps extrêmement court, si bien qu'une production s'exprime en kilowatts/heure, la valeur du kilowatt/heure correspondant à une puissance de 1 kW débitée pendant 1 heure.
Ceci dit, faire l'apologie de l'éolien actuel, basé essentiellement sur une moindre surface de pales afin d'obtenir le maximum d'énergie, reviendrait à vouloir aller beaucoup plus vite avec un bateau, en supprimant pratiquement presque la totalité de la surface active exposée au vent.
Quand sortirons nous du miracle perpétuel d'un éolien ou la loi physique la plus fondamentale, à savoir que la puissance résulte du produit : "COUPLE MOTEUR x VITESSE DE ROTATION" . . . est mise de coté pour non conformité avec les réalisations à la mode.
Malheureusement, ce couple moteur est proportionnel à la pression sur hélice et cette pression tributaire de la surface de pales exposée . . .
A peu de surface exposée = peu de couple moteur = peu de puissance, et, finalement = peu de production, c'est l'éolien d'aujourd'hui, en particulier si l'on ne possède que des vents modérés, comme c'est le cas en petit éolien.
L'éolien à la mode constitue, n'en déplaise à notre interlocuteur tant soi peu candide et très profane en la matière, le pire choix technique qui pouvait nous être fait, à croire qu'il nous aurait été imposé par les gens du nucléaire, mais, il nous suffisait d'être dans une certaine ignorance pour tomber dedans à pieds joints.
Vous pouvez lire nos commentaires sur le sujet par : "éolien selon François Carré", où l'auteur, après plus de 10 ans de recherche en éolien, montre que les bases les plus essentielles étaient pipées.
Vous pouvez visiter également notre site "http://tleboucher.free.fr/fc/index.html".

François Carré, ancien attaché de recherche au CNRS et à l'INSERM, président de l'association EOLE plus.

#2 vendredi 30 octobre 2009 @ 15:12 amoweb a dit :

Ce que je reproche aux sites anti-éolienne c'est de ne baser leur argumentation uniquement sur des futilités (soit disant bruit, hypothétiques nuisances...). Ils se servent de thèses qu'ils amplifient et surtout "transposent" aux éoliennes. Je crois qu'être contre les éoliennes c'est se tromper de débat. D'ailleurs j'entends ce que vous dites. Vous n'êtes pas contre les éoliennes, mais contre un certain "concept" d'éolienne ce qui a priori semble totalement fondé.

J'accepterais volontiers la définition que vous me donnez (sous entendu "profane", je laisse le personnage de Voltaire à la couleur de éoliennes), toutefois, je ne pense pas avoir choisi les éoliennes en partant uniquement du sens commun. Qu'est-ce que les opposants nous proposent en échange ? J'aimerais ne pas vous considérer comme opposant aux éoliennes, mais même si vous êtes contre le modèle actuel d'éolienne, il ne faut pas perdre de vue qu'un changement ne peut pas être direct : toute technologie a besoin de temps pour être mature; ce qui ne veut pas dire que l'on ne doit utiliser que ce qui est parfait (en partant du principe que nous avons démontré, et prouvé, que cette technologie n'était pas dangereuse).

Mais si vous connaissez la vérité sur les "éoliennes parfaites" pourquoi n'avez vous jamais monté votre entreprise (probablement start up pour l'occasion) et développé ce modèle ? Je crois en l'avenir des éoliennes, je pense qu'elles peuvent être améliorées. Cependant, je pense que vous raisonnez comme la plupart des personnes en "recherche", c'est-à-dire à base de modèles parfaits, et que vous n'avez probablement jamais construit votre éolienne.

Pour ma part, j'habite dans une région où le brushing ne tient pas plus d'un quart d'heure et les sèches linges sont inutiles. J'ai choisis l'éolien car je ne suis probablement pas assez fou pour utiliser l'uranium. Je vous invite d'ailleurs à me donner des adresses si vous connaissez un marchand d'éoliennes en kit qui soit le plus performant possible. Je fais un compte rendu dès que je l'ai montée.

Amaury

#3 mardi 03 novembre 2009 @ 07:40 François Carré a dit :

Bonjour,
Merci Amaury de votre commentaire.
En fait, il n'y a pas eu de progrès en éolien, mais, une grande régression, puisque des machines allemandes des années 1925 étaient bien plus performantes, bien qu'elles soient entachées de certaines solutions techniques assez défavorables.
Les hélices actuelles ne sont que copies conformes d'hélices d'avion déjà obsolètes, qui étaient "étudiées" pour des vitesses de flux presque 10 fois supérieures.
La technique des hélices d'avion a même été complètement transposée pour la réalisation, montrant d'une certaine façon, notre incapacité à voir les choses autrement qu'à travers ce qui a déjà été finalisé par ailleurs
Les danois disent eux-mêmes que leur technique est faite pour les vents forts, tels qu'il en existe dans les régions nord, et, c'est honnête de leur part de le dire.
On se gargarise du terme progrès sans se livrer à de véritables réflexions sur ce qui a été réalisé dans le passé, et, c'est dommage.
Il y a lieu de méditer sur la formule de la puissance fonction du couple pour comprendre que ces belles machines ne peuvent fournir qu'une énergie symbolique, en particulier par vents modérés, les plus fréquents.
Une énergie n'est vraiment intéressante que si elle est présente un maximum de temps, et, à ce niveau, nous sommes en grande médiocrité de production.
L'avenir, en "grand" éolien ou en petit, ne se trouve, à l'instar des machines allemandes précitées, que dans des multipales optimisées, qu'on le veuille ou non.
Vous pouvez consulter notre site : "http://tleboucher.free.fr/fc/index.html", lire nos commentaires par : "éolien selon François Carré", et, pourquoi pas, vous impliquer avec nous dans une grande aventure d'un futur éolien performant, si . . .
Bien cordialement.

#4 samedi 21 novembre 2009 @ 17:58 raleur a dit :

je ne vais pas employer de mots scientifiques pour donner mon avis,mais ces gens qui disent que leur vue est gachée par les eoliennes, exemple l'autre soir à thalassa qui critiquaient le projet d'eoliennes dans la manche,ces personnes étaient toute des personnes privilégiées qui ont de gros quatre-quatre et qui ont des clims chez eux !! les danois eux ils méttent les eoliennes en avant pourquoi chez nous les gens sont ils si bornés ,ils ont qu'a aller au fin fond de l'afrique la-bas pas d'eoliennes pas d'electricité ils sont HEUREUX !!!!!!

#5 samedi 05 décembre 2009 @ 06:02 François Carré a dit :

Bonjour "raleur",
Ce que vous dites est un peu vrai, sauf pour ce qui concerne les éoliennes des danois, qui d'ailleurs, signalent honnêtement que leurs machines ne peuvent fonctionner efficacement (par opposition à un fonctionnement symbolique dont nous profitons) que par vents forts à très forts; ce qu'ils ont le privilège d'avoir chez eux.
Les écologistes, en voulant, sans connaissance de l'éolien, donner la primeur à un certain esthétisme, ont également donné le feu vert à une certaine médiocrité de production, qui, fatalement discréditera la filière éolienne et nous forcera pratiquement à repartir de zéro.
Certains croient à un miracle d'un éolien qui, par l'intermédiaire de pales de surface insignifiante pourrait amener des puissances et des productions d'autant plus conséquentes, alors que le couple moteur est issu de la pression sur pales et que ce couple détermine, avec la vitesse de rotation, la puissance d'une machine, donc sa capacité de production.
Il fallait que nous remettions un peu notre grain de sel sur votre commentaire.
François Carré

#6 mercredi 16 décembre 2009 @ 01:52 Hadrien a dit :

Bonjour Mr Carré,
Comme vous l'ecrivez souvent, la puissance disponible au rotor d'une eolienne reside dans l'equation P = Couple de rotation x Vitesse de rotation. Si le couple reste le meme et que la vitesse de rotation double la puissance est elle aussi doublée. (je pense que cela est correct)
Si on s'occupe de notre generateur. Plus un generateur fourni du courant a faible vitesse de rotation, plus il est cher,plus il est lourd, plus il contient de materiaux, plus il demande de l'energie a sa construction, plus il emmetra un cogging important...etc
Une eolienne multipale (ici plus de 3) devra afin d'etre "performante" conserver un rapport lambda (rapport entre la vitesse de rotation en bout de pale et la vitesse du vent) inferieur a celui d'une eolienne tripale ou bipale. Donc necessitera un tel type de generateur.
Une eolienne tripale fonctionnera donc avec un generateur beaucoup moins couteux qu'une eolienne a 5,6 ou 12 pales.
Pour information, les eoliennes les plus performantes aujourd'hui avoisinent au moins les 46% et ont des rotors tripales haute vitesse. Le rendement est lié au facteur lambda et a la "solidité" du rotor (surface des pales) qui doivent etres en rapport.
Conclusion les hypothetiques 10% de rendement que vous allez apporter avec une eolienne "plus performantes" seront largement engloutis dans des frais de production qui doubleront le prix de la nacelle et qui exploseront le prix du mat qui lui devra supporter l'excedent de poids d'une installation trop lourde. Rajoutons qu'un rotor de 12 pales est 4x plus cher qu'un rotor de 3 pales...
Etre pragmatique est quelque chose que l'on voit de plus en plus rarement dans le monde du petit eolien. Si vous voulez etre credible (ce que j'aimerai sincerement) avancez des chiffres concrets concernant la courbe de puissance de votre machine, son Cp ainsi que son prix installé, monté. Ensuite placez tous cela sur votre Website et si eventuellement apres toutes ces mesures votre eolienne dame le pion a tous ces gens qui on depensé des millions (et qui continuent a en depenser) dans le monde des grosse eoliennes.. Et bien vous avez touché le Jackpot!!!
Personellement je pense qu'il y a beaucoup plus a gagner dans un systeme de regulation de charge/ gestion du couple de l'eolienne intelligente que dans des construction mecaniques onereuses.Et ce meme en etant mecanicien de formation ;-)
Salutations venteuses,
Hadrien

#7 mercredi 23 décembre 2009 @ 07:56 François Carré a dit :

Bonjour Hadrien,

Si vous avez accepté que la puissance est issue du produit "couple moteur x vitesse de rotation", il faut aussi savoir que de deux hélices, l'une de 2 ou 3 pales, l'autre de 12, la vitesse de rotation est identique sous condition d'utiliser des pales identiques placées à même calage de pas, et, vous pourrez en faire l'expérience.
Il convient aussi de savoir, l'expérimental le prouve également, que le couple moteur de démarrage est, sous ces mêmes conditions, est proportionnel au nombre de pales engagé, et, que cet avantage de couple perdure mais s'amenuise de manière asymptotique au delà de 11 m/s.
La multipale, même vers cette vitesse de vent, reste de toute façon d'un couple très largement au dessus des machines précitées.
En conséquence, ce n'est pas un gain de puissance de 10 % qui peut être obtenu, mais, très supérieur, et, avec la possibilité de capter les vents modérés, une production multipliée par 3 à 4 sur les meilleurs sites et 5 fois plus sur sites peu privilégiés.
En effet, nous commençons dès à présent une machine de près de 4 mètres de diamètre, constituant un premier standard de petite dimension, qui prouvera, à l'instar de machines allemandes des années 1925, que les machines actuelles sont un pâle reflet de ce que l'on peu attendre de l'énergie éolienne, ne vous en déplaise.
Fin 2010, nous publierons les résultats obtenus, en spécifiant les matériels de test engagés pour éviter trop de contestations, mais, de plus, nous inviterons les incrédules à se rendre sur les lieux d'expérimentation.
Alors . . . A l'année prochaine.

François Carré.

#8 mercredi 23 décembre 2009 @ 23:46 yeti a dit :

Apres les incinérateurs écolo qui degagent de la dioxine, les eoliennes subventionnées qui derangent tt le monde, le photovoltaique hors de prix, payé par le contribuable a base de cellules chinoises qui ne dureront que 20 ans, les ours de luxe, les loups qui rendent la vie impossible aux bergers, les génies verts ont redécouvrent le feu de bois ! (mias on ne les a pas attendus)
Ils ferainet mieux de bosser et d'isoler leurs bureaux de bobos parisiens

#9 jeudi 24 décembre 2009 @ 10:35 amoweb a dit :

Yeti, je suis en partie d'accord avec toi. Pour limiter les problèmes écologiques, je pense que 50% du travaille doit être de la recherche dans les énergies nouvelles, et 50% (voir un peu plus) doit se concentrer sur l'utilisation même de l'énergie.
Comme tu le dis, il faut isoler les bureaux, mais attention, ce n'est pas pour ça qu'il faut détruire des bâtiments presque neufs pour en reconstruire d'autre HQE, dans ce cas on ne ferrait qu'aggraver le problème en engendrant une pollution encore plus importante. En revanche les bâtiments neufs devraient être de ce type.
Tu me parle de l'isolation des bureaux, mais combien de bureaux sont sur-chauffés au points que les usagers laissent les fenêtres ouvertes ? Il faut mettre en place des systèmes de régulation du chauffage, et surtout limiter la température : 20°C dans un bâtiment, à moins d'être malade, c'est beaucoup trop !
Mais, je trouve qu'on en parle bien trop peu. À la louche, il faut 800w pour chauffer 30m² avec des convecteurs électrique, ce qui représente seulement le double de la consommation d'un ordinateur de bureau ! Solutions : un OS linux :p ou en tout cas un underclocking, et il faut l'arrêter (ou au moins le mettre en veille) s'il ne sert pas pendant plus d'une heure. Notez qu'avec une bonne isolation la chaleur humaine et des machines suffit pour faire monter la température d'un degré celsus.

#10 jeudi 04 février 2010 @ 07:37 François Carré a dit :

L'évolution actuelle montre que, loin de diminuer, la dépense énergétique tend à s'amplifier, notamment par accroissement de biens consommation, en général demandeurs, plus ou moins nécessaires, tout du moins que l'on s'efforce de faire croire indispensables.
Dans le contexte, il convient que toutes sources d'énergie soient exploitées à leur maximum de rendement et possibilités afin que leur coût soit le moins élevé possible avec une production portée vers son maximum.
Au sujet des consommations de lampes électriques d'intérieur, si celles-ci ont un mauvais rendement de luminosité par rapport à la puissance consommée, cette consommation superflue participe en hiver au réchauffement de votre habitat, et, vous en profitez pour votre confort.
Cette source de chaleur perd cependant totalement de son intérêt lorsqu'il n'y a pas nécessité de se chauffer, et, ne constitue donc qu'une consommation parasite, inutile.
Toute consommation par effet dit "joules" est donc à considérer selon ces deux aspects.
Le fait de culpabiliser le "peuple" par l'emploi de lampes à incandescence presque 10 fois moins cher au profit de lampes de faible consommation mettant 5 à 10 minutes pour un éclairement optimum, et, n'ayant guère plus de durée de vie, ne constitue pas forcément un véritable progrès . . .
Il n'est pas toujours bon d'asséner des contre vérités pour faire passer ce que bon nous semble et de vouloir réformer à tout prix, sans être sûr d'aller dans le bon "ssens", ce bon sens qui n'est nullement évident, d'autant que des intérêts particuliers se trouvent toujours en arrière fond . . .

#11 lundi 07 juin 2010 @ 07:20 Bulgare a dit :

Je souscris à tout ce qui est dit. On peut remarquer en outre que la campagne anti-éoliennes est orchestrée par le lobby nucléaire, et il est intéressant d'observer la sociologie des associations actives dans ce domaine : elles sont souvent dirigées ou ont été reprises par d'anciens ingénieurs, souvent du nucléaire, à la retraite, qui sont sincèrement persuadés qu'en dehors du nucléaire, il n'y a pas de salut. Ils n'ont pas vu ou refusent de voir que les technologies, en particulier dans l'éolien ou le solaire, ont fait des progrès considérables. Et puis, le nucléaire à outrance appartient à une autre époque, celle du gaulisme où un pouvoir centralisé était en mesure "d'équiper" tout un pays remplacer les 40 réacteurs nucléaires français par des EPR coûterait environ 7 milliards x 40 = 280 milliards, ce qu'aucun pays, aussi riche soit-il, ne peut se permettre. Nous vivons dans une autre époque, et les nucléocrates devraient l'accepter. S'ils veulent remplacer les centrales existantes contre des EPR, ils doivent direntquels sites ils veulent équiper, avec quel argent ils veulent démanteler les centrales anciennes et où ils veulent stocker les déchets. On verra bien si un gouvernement, quel qu'il soit, est prêt à en supporter les conséquences politiques et économiques... En réalité, les renouvelables appartiennent à une nouvelle époque et à un autre système politique que celui de la Ve République telle que nous la connaissons jusqu'à aujourd'hui.

#12 mercredi 16 janvier 2013 @ 14:22 Bruno a dit :

Bonjour,

je vois que ce sujet date mais je ne peux m'empecher de réagir... Je viens de reprendre une association pour lutter contre un projet éolien juste sous mes fenetres et quand je lis tout ce que je vois, je ne peux que m'effarer...
Enfin je ne vous blâme pas, il y a quelques mois, avant meme de m'interesser fortement au sujet j'avais à peu près la même opinion.
Déjà, avant d'écrire, il faut se renseigner et ne pas prendre qu'un seul avis...
Déjà le bruit: une eolienne à une puissance accoustique d'environ 100 dB à la source ce qui fait environ 60dB à 100m. Puis, vu que ce n'est pas une source ponctuelle il faut retirer 3dB en doublant la distance, ce qui fait 57dB à 200m, 54 à 400m, 51 à 800m, etc... il n'y a qu'a partir de 3km que l'on considère la source comme ponctuelle et donc on peut retirer 6dB en doublant la distance! Certains sont gênés à plus de 3km. Et cela n'est valable que pour les sons et non les infrasons qui eux nécessitent deux fois plus de distance pour s'atténuer de 3dB. L'académie francaise de medecine préconise un éoloignement des habitations de 1,5km alors que la loi francaise, pour soutenir le lobby éolien, à reduit à 500m...
De plus, si l'état (enfin nous) ne rachetait pas l'électricité 3 fois le prix il faudrait plus de 20 ans pour rentabiliser ces installations, et pas de chance la durée de vie d'une éolienne est de 20 ans ! C'est la où on nous ment, l'état veut respecter ses engagements pour le grenelle 2 de l'environnement mais cela va nous couter une fortune et c'est complètement anti écologique contrairement à ce que vous pensez ! D'ailleurs l'electricité à augmenté de 2,5% depuis le 1er janvier pour les énergies renouvellables...
Déjà il faut couler des quantités énormes de betons, environ 1500 tonnes de beton + ferraille... vive l'écologie, de plus les aimants sont fabriqués a partir de terres rares (Néodyme), il en faut entre 300 et 800kg par éolienne. La Chine détient quasi la totalité de ces ressources et dévastent des km² pour l'extraire de minerais radioactifs, ce qui pollue énormément... mais bon c'est de l'autre côté de la planète... sans compter effectivement les impacts que cela peut avoir sur la faune ou la flore...
Pour le vivre de l'intérieur, les entreprises privées qui installent ces éoliennes se moquent éperduement de savoir les conséquences sur les riverains, sur la faune, la flore, etc... ce qu'ils voient c'est que dans 6 ans ils ont remboursés leurs investissements et qu'ils vont engendrer des millions... sur notre dos à tous !

De plus, qu'est ce qu'on fait quand il n'y a pas de vent? on va tous en Afrique? et bien non il faut des centrales pour pallier le manque d'électricité ! et oui, le fait de mettre des éoliennes ne remplace pas les centrales nucléaires... Il faut même réinvestir dans des centrales thermiques, gaz ou charbon pour régulariser la production des éoliennes. Le courant de ses dernieres n'étant pas lisse dans le temps, il faut toujours ajuster et seules des centrales charbon ou à gaz peuvent le faire... encore des énergies fossiles et qui produisent du CO2... c'etait pas pour limiter le CO2 le grenelle de l'environnement?
donc plus il y d'eoliennes, plus il faut de centrales thermiques...
CA NE SERT A RIEN A PART ESSAYER DE MONTRER QUE NOUS SOMMES DES BONS ELEVES POUR LA PLANETE ! Mais on continue de polluer, même plus qu'avant...
et c'est la qu'il ne faut pas confondre le pouvoir des lobbys... les pro nucléaires se tapent des éoliennes car il faudra encore et toujours des centrales pour les jours sans vent (une éolienne ne produit que entre 20 et 25% de son temps), par contre je peux vous assurer que derriere le lobby eolien, il y a de grosses entreprises qui profitent des nouvelles lois pour s'en mettre plein les poches... Mais comme dirait Coluche: rigolez pas, c'est vous qui payez !

Comme je l'ai dit au début, il y a quelques mois, j'aurais peut etre eu la même opinion que vous, mais mettre 10 éoliennes de 3MW juste en face de chez moi, m'a poussé à prendre beaucoup d'informations et merci aux fédérations telles Vent de Colere ou la FED pour nous aider et nous renseigner ! Contrairement à ce que vous pensez ce ne sont pas des anti ecologistes, tout au contraire...

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot uuwr ? :